Les traitements de la maladie de Parkinson

Les traitements médicamenteux

Les traitements médicamenteux visent à compenser le manque de dopamine caractéristique de la maladie. Plusieurs classes de médicaments existent et sont souvent utilisés en association. Le traitement est individualisé selon les caractéristiques et symptômes de chaque patient.

La levodopa : Modopar, Sinemet et Stalevo (en association avec de l’entacapone) : cette molécule est un précurseur de la dopamine qui va être transformée au niveau cérébral. Sa durée d’action nécessite plusieurs prises par jour à des horaires précis. Elle est le plus souvent bien tolérée, mais peut être responsable de nausées qui rendent parfois nécessaire l’utilisation d’un traitement anti-nauséeux (Domperidone – Motilium).

Les agonistes dopaminergiques (Requip-ropinirole, Sifrol-pramipexole, Neupro-rotigotine, Trivastal-piribedil) : Ils agissent sur les mêmes récepteurs que la dopamine, mais leur composition est différente. Leur durée d’action permet pour certains d’entre eux (Requip, Sifrol) une administration unique par jour. Le Neupro est administré par voie trans-cutanée (patch). Leurs effets sont proches de la levodopa. Ils ont des effets secondaires spécifiques, en particulier ils peuvent parfois induire des addictions comportementales (jeu pathologique, achats excessifs, compulsions alimentaires, addiction au sexe).

Les inhibiteurs enzymatiques (Azilect-rasagiline, entacapone-Comtan ou en association dans le Stalevo) : leur mécanisme d’action est indirect, en bloquant des enzymes qui dégradent la dopamine au niveau des neurones, ce qui permet d’augmenter la dopamine se fixant sur les récepteurs. Ils ont ainsi un effet modeste sur les symptômes et augmentent la durée d’actions des autres traitements.

Traitements non médicamenteux

A côté des traitements médicamenteux d’autres approches sont essentielles au cours de la maladie. La pratique d’une activité physique régulière est essentielle et ce dès le début de la maladie. Des séances de kinésithérapie sont souvent nécessaires. Une rééducation par un orthophoniste peut être utile si le volume de la voix diminue du fait de l’akinésie. Enfin, des séances de psychothérapie sont parfois nécessaires s’il existe des signes anxieux ou des symptômes dépressifs.

Maladie de Parkinson et vie quotidienne

Vous pouvez consulter le guide ressources p26 ci-joint :

Guide maladie de Parkinson



Les différents intervenants

Vous pouvez consulter le guide ressources ci-joint :

Guide maladie de Parkinson

Les médecins des centres experts Parkinson (CEP) ont réalisé des guides des traitements médicamenteux ou non médicamenteux : vous pouvez les solliciter auprès de votre neurologue, auprès d'un professionnel de santé de PARC SeP, ou lors d'une séance d'ETP;

Documents

GUIDE DES DISPOSITIFS ET RESSOURCES DANS LES HAUTS DE FRANCE POUR LA MALADIE DE PARKINSONTélécharger
GUIDE DES DISPOSITIFS ET RESSOURCES EN HAUTS DE FRANCE POUR LA SCLEROSE EN PLAQUESTélécharger